A- A+
Aujourd’hui, de nombreux choix de destination des cendres du défunt sont possibles et tous permettent à la famille et aux proches de disposer d’un lieu de souvenir et de recueillement, même en cas de dispersion.

La législation

Après la crémation, la question de la destination définitive des cendres se pose à ceux qui restent et à ceux qui gèrent les cimetières et les sites cinéraires.
Depuis 1976, la France bénéficiait d’une des réglementations les plus souples d’Europe. Désormais, la loi du 19 décembre 2008, relative à la législation funéraire, définit précisément les conditions de conservation ou de dispersion des cendres. Elle impose notamment de ne pas diviser les cendres.

Prendre le temps de la réflexion

En attendant d'avoir pris une décision sur la destination des cendres, la personne ayant qualité pour pourvoir aux funérailles a la possibilité de laisser temporairement, pendant une période qui ne peut excéder un an[1], l'urne au crématorium (ou dans un lieu de culte avec l’accord de l’association chargée de l’exercice du culte).

Au terme de ce délai, en l'absence de décision sur la destination des cendres et après information de la famille, celles-ci seront dispersées dans l'espace aménagé à cet effet du cimetière de la commune du lieu de décès ou dans l'espace cinéraire le plus proche. 
OGF

Les destinations possibles


​- Inhumation de l’urne en sépulture traditionnelle 
L’urne est déposée dans un caveau ou en pleine terre pour que les cendres du défunt reposent auprès des siens, dans la sépulture familiale. Elle peut aussi être scellée sur un monument funéraire existant ou à créer.

 
- Inhumation de l’urne dans une sépulture cinéraire 
L’urne est déposée en terre ou placée dans un caveau spécifique (cavurne) surmonté d’un monument cinéraire. Les emplacements individuels réservés aux urnes sont gérés en concession sur le même principe que celui des sépultures traditionnelles. Les familles disposent ainsi d’un lieu de recueillement privé.

 
- Dépôt de l’urne en columbarium
Le columbarium permet de conserver l’urne dans un espace individuel (case) qui reçoit une plaque de fermeture réglementaire avec une possibilité d’inscription souhaitée par la famille selon autorisation de la collectivité. Ces espaces individuels sont gérés en concession sur le même principe que celui des sépultures traditionnelles.​
 
- Dispersion 
La dispersion des cendres peut s’effectuer soit dans un espace aménagé du cimetière ou du site cinéraire. 
La dispersion dans la nature est possible, exception faite des lieux publics. La personne ayant qualité pour pourvoir aux funérailles doit en faire la déclaration auprès du maire de la commune du lieu de naissance du défunt.
OGF

Se souvenir après dispersion

L'espace de dispersion est situé dan​s un cimetière ou un site cinéraire. Il s’agit d’un lieu généralement végétalisé et arboré, dans lequel les cendres sont dispersées sur une « rocaille de dispersion » (lit minéral) ou dans une vasque pour conserver les cendres dans un caveau. 

 
Le nom et le prénom du défunt peut être gravé sur des monuments qui, selon les lieux, adoptent diverses symboliques : tables de la mémoire, colonnes du temps, livre du souvenir ou arche symbolisant le passage entre la vie et l’au-delà. 


 
[1] Au terme de ce délai et en l'absence de décision sur la destination des cendres, celles-ci seront dispersées dans l'espace aménagé à cet effet, dans ​le cimetière de la commune du lieu de décès ou dans l'espace cinéraire le plus proche.